Bienvenue dans, Welcome to, ¡Bienvenido a
Fashion Gasoil

EDITO

EDITO

Ça y est un vent de liberté commence à souffler sur la France. On a retrouvé nos terrasses, nos cinémas, nos salles de spectacle et nos musées. Quel bonheur ! J’ai la sensation que l’on nous a ôté une année de notre vie (d’ailleurs, on devrait tous enlever une année de notre âge) ! 

Que devons-nous retenir de cette année entre parenthèses ? 

Le besoin de vivre à 100 à l’heure pour profiter de la vie ? Ou au contraire, ralentir le rythme ? Tirer les enseignements de la vie « d’avant » pour ne pas les reproduire dans « la vie d’après » ? Certaines personnes ont plaqué Paris pour partir vivre à la Campagne, d’autres ont décidé de changer de métier. Plus que jamais le télétravail a le vent en poupe. La société est en train de changer. Dorénavant, nous pouvons innover, travailler, créer sans limites et sans frontières tout en restant chez nous. Ce magazine en est la preuve.

Merveille de la technologie qui nous permet de créer Fashion Gasoil depuis Paris, Lyon, Marseille, Biarritz, Göteborg, Beyrouth, Madrid et New York. Nous pouvons échanger, « zoomer », interviewer partout dans le monde. C’est cela, que j’ai envie de retenir de cette parenthèse et j’y rajouterais aussi l’art d’oser, de créer et de dire, oui, à la futilité. Plus que jamais. 

Ce second numéro de Fashion Gasoil est un mix de tout cela. Pour cet opus, nous vous emmenons au Danemark, à Londres, à Paris, dans la Sarthe. On y a rajouté une touche de mode d’été, de nostalgie, d’éco responsabilité, de chaussures, de marques à découvrir, et de beaux parcours de vie. 

Et on a choisi la couleur rose pour rendre hommage à ce vent de liberté. 

Bonne lecture et bonne écoute ! 

Valérie Tribes 

PS : merci infiniment pour vos messages encourageants, retours positifs suite au premier numéro. Nous espérons vous surprendre encore pendant très longtemps !

column

La colonne deLeandra Medine Cohen

Que dois-je porter si je ne porte que du noir mais que je souhaite avoir un look plus intéressant ?

Je comprends pourquoi les gens choisissent de porter principalement des vêtements noirs – c’est une proposition facile qui n’exige pas la gymnastique mentale nécessaire à l’association de couleurs. Ils ont tendance aussi à être plus flatteurs, c’est du moins ce qu’on dit. 

Vous pouvez répéter les mêmes vêtements à l’infini sans vous demander si vous ne les répétez pas depuis trop longtemps et si vous préférez vous fondre dans la masse plutôt que de vous faire remarquer, un ensemble entièrement noir sera probablement l’allié le plus efficace dans cette mission. 

Mais peut-être que vous aimez tout simplement les vêtements noirs.

La robe que je porte est sans bretelles (c’est en réalité une maxi jupe transformée en robe). Ce qu’il y a de bien avec une robe noire c’est que vous pouvez la porter pour aller dans un endroit chic ou pour aller à la plage… enfin, je veux dire le bac à sable en ce qui me concerne. 

L’autre chose que vous pouvez faire est de renoncer à une robe et de choisir n’importe quelle autre combinaison minimale de vêtements. Une chemise noire boutonnée ou un t-shirt rentré dans un jean noir ? Pourquoi pas ! Une robe à col ras du cou avec des manches ? Sans ? Un vêtement avec des bretelles spaghetti ? Tout est permis !

column

La colonne deLeandra Medine Cohen

Comment ne porter que du noir sans avoir l’air chiante?

Je comprends totalement les gens qui sont presque toujours en noir, c’est une option aguicheuse, bien loin du casse-tête des assortiments de couleurs. C’est aussi plus simple d’y transpirer discrètement. Et puis à ce qu’on dit, les vêtements noirs ont tendance à être plus flatteurs.

Les vêtements noirs peuvent être reportés à l’infini, sans même se soucier de ne porter qu’eux, rien qu’eux et uniquement eux. Et pour ceux qui ne préfèrent pas attirer l’attention, un ensemble noir sera toujours l’arme secrète indétrônable.

Mais c’est peut-être tout l’inverse. Peut-être que, malgré votre amour des vêtements et des casse-têtes d’assortiments de couleurs, malgré votre penchant pour le feu des projecteurs, malgré votre goût pour les choix vestimentaires risqués, il s’avère que, tout simplement, vous adorez les vêtements noirs. Voilà, c’est tout. Mais le fait est qu’il fait très chaud, bien trop pour tenter des superpositions osées; et c’est vrai que cette fameuse robe noire serait l’alliée parfaite pour cet été caniculaire.

Première étape : les bijoux. Il faut tout miser sur les accessoires

Ma robe n’a pas de bretelles, sans doute parce que c’est en réalité une jupe longue, mais libre à vous de porter la robe de votre choix. Ce qu’il y a de génial dans ce genre de robe au tissu ni formel ni informel (du coton chic en fait), c’est que, selon les accessoires, elle devient la robe parfaite, soit pour une occasion un peu huppée, soit pour aller à plage. Enfin, plutôt le bac à sable pour ma part.

Et puis il est toujours possible d’abandonner totalement la robe et de revêtir un tout autre ensemble. Une chemise noir boutonnée ou un tshirt rentré dans un jean noir ? Pourquoi pas! Une robe ras de cou à manches longues? Ou sans manche? Une pièce avec des bretelles fines ? Allez! Quoi qu’il arrive, la recette magique reste la même pour sublimer le tout

Autour du cou: une chaîne ou un collier de perles avec un pendentif. Faute de superposer les vêtements, on superpose les colliers.

Les couleurs des colliers n’ont en réalité aucune importance. Le mien est composé d’une rangée d’opales (de la marque Julia Aeran), mais une chaîne plus ou moins ras de cou en or ou en argent serait tout aussi idéale. Si vous n’êtes pas certain d’en avoir, retirez tout simplement un pendentif de sa chaîne. Puis rajoutez-en une autre, légèrement plus longue que la première! Et conservez le pendentif.

Ici le pendentif poisson est de la marque Guimaguas mais j’adore cette version de la marque Hola Amor Estudios. Mais si vous tenez au poisson, voici quelques options sympa, l’une rouge à 79$ et l’autre en opale à 37$.

Passons aux poignets et aux mains: un avant-bras plein à craquer et quantité de bagues aux doigts. L’autre, délibérément asymétrique.

Pour résumer, peu importe ce que vous avez sur un poignet, ne mettez que la moitié de ça sur l’autre.

Voici un article qui réfère des marques de bijoux que j’adore (et un mode d’emploi pour les superposer). Au cas où vous ne l’avez pas déjà lu et que vous êtes justement à l’affût de jolies marques cool de bijoux qui sont sans doute faites pour vous mais que vous ne connaissez pas encore.

Ici, j’ai enfilé une paire de sandales en satin assez échancrées mais dont l’empeigne (le haut de la sandale) ne grimpe pas trop haut sur mon pied, ce que j’apprécie particulièrement dans une sandale lorsque je porte un vêtement qui tombe sous les genoux. Hors pantalon. (pour la faire courte, plus l’empeigne est courte, plus on voit mon pied ; plus on voit mon pied, plus on voit ma peau ; plus on voit ma peau, plus ma jambe paraît longue. 

Autres idées de chaussures :

Cette version plus imposante mais avec la parfaite empeigne, de la marque Emme Parsons (395$) serait aussi idéale. Celles-ci de la marque Cult Gaia sont ultra chics et je me verrais totalement porter celles-ci (certes, ce ne sont pas des sandales mais des chaussons d’intérieur) de la marque Banana Republic.

Ces méduses mondialement connues complèteraient parfaitement la tenue ! Et j’essayerai probablement avec une paire de mocassins (comme ces G.H Bass). 

Si c’est la canicule et que vous voulez porter une robe noire sans avoir l’air chiante, lisez Dostoïevski avant de sortir.

Blague à part, couvrez-vous de colliers, de bracelets, de bagues et de chaussures à empeigne très basse.

Voilà, c’est tout.

Leandra Medine

Le Magazine