L'essence du not cool

L'essence du not cool

LE COMEBACK DU TRICOT

par Leah Barrier

Avis à toutes celles et ceux d’entre vous qui ont les nerfs en pelotes au crépuscule  (fingers crossed) d’une pandémie mondiale, le tricot fait son grand retour pour  démêler vos idées noires… mais aussi vous parer des plus belles laines colorées ! 

Chef de file du mouvement des « serial-knitters », le britannique Tom Daley, 27  ans, champion olympique de natation et icône LGBTQI+, partage toutes ses  créations sur son compte Instagram @MadeWithLoveByTomDaley

Autodidacte et hyper-créatif, il a noyé sa frustration de ne pouvoir s’entrainer  pendant les confinements en plongeant, tête la première, dans les pelotes de  laine. Avec déjà près d’1,4 millions de followers Instagram sur son compte de  tricot, le champion olympique a plus récemment partagé un tuto pour nous  montrer comment garder sa médaille d’or au chaud !  

Peu d’entre nous saurait quoi faire d’un étui pour médaille d’or olympique aux  couleurs du drapeau britannique. 

Néanmoins, qui n’a jamais rêvé d’un pull de rock star ? Après avoir été aperçu  portant un cardigan de laine ultra coloré inspiration 70’s, lors d’une répétition du  Today Show en février dernier, Harry Styles a inspiré un « défi tricot » : le  #HarryStylesCardigan Challenge sur TikTok. En quelques jours, des vidéos de  TikTok-eurs portant leur propre appropriation de la pièce griffée JW Anderson ont  déferlé sur l’application (plus de 80 millions de vues !).  

Le créateur lui-même n’a pas tardé à réagir, en partageant son propre tutoriel sur  Youtube, accompagné d’un message d’encouragement « je suis tellement  impressionné et incroyablement touché par cette tendance et tous ces gens qui  tricotent le cardigan ».

Le DIY (do-it-yourself) n’a pas pour seule vertu d’être économique, il est aussi  écoresponsable, lutte contre la fast-fashion, les clones vestimentaires et  promeut une vision moderne et tendance de l’artisanat textile.  

Ambassadrice de la slow-fashion, la jeune Ella Ehmoff, influenceuse, coqueluche  de la sphère mode et belle-fille de Kamala Harris, partage sa passion du tricot  avec ses près de 400,000 abonnés Instagram. Étudiante à la Parsons School of  Design, elle étudie le design textile et remet au goût du jour les vieux pulls qui  grattent de nos grand-mères. Exit les cols roulés difforment aux tons pastel, hello les leggings pattes d’eph à rayures fluo et le mini-bikini à damier (bob et sac  assortis).  

Mais pourquoi ce retour en force du tricot ? Cette fois-ci, on ne pourra pas mettre  ça sur le dos du réchauffement climatique. 

Le tricotage occupe les mains, rempli les penderies, mais surtout vide les esprits.  Activité manuelle gratifiante, les travaux d’aiguilles sont aussi propices à la  méditation. Au rythme du maillage, les pensées se détricotent à mesure que  l’ouvrage s’allonge. De plus, le tricot contribue à améliorer l’estime de soi – quelle  satisfaction de porter fièrement quelque chose que l’on aura réalisé soi-même… 

Résultat : un effet de bien-être spirituel et l’assurance de passer l’hiver au chaud. Alors pour les convaincus : vous trouverez de fabuleux kits d’apprentissage sur le  net (nos préférés sont chez We are Knitters et Wool and the Gang). 

Pour les plus « frileuses », vous trouverez forcément votre bonheur chez Matimi, le  label italien qui dés-habille Chiara Ferragni à coups de crochet, ou Rose Carmine,  déjà un must-have des penderies parisiennes. 

L’hiver approche, alors je vous laisse, j’ai du pain sur la planche – ou de la laine  sur la p’lotte !