une fille à suivre

une fille à suivre

Pauline Vincent

L’art de la vie

Après une expérience en tant qu’acheteuse dans la mode et directrice de la boutique A Rebours, la parisienne Pauline Vincent dévoile son nouveau projet, La Romaine Editions : un site de vente en ligne d’art de vivre où elle fédère artistes et artisans.

Rencontre.

« Regarde ce chandelier, tu le poses sur une table, il capte toute l’attention. C’est comme si, par sa seule présence, il modifiait l’énergie en place » déclare Pauline Vincent à propos d’un chandelier en verre soufflé réalisé à la main par l’artiste hollandais Boris de Beijer.

L’art de la vie

Après une expérience en tant qu’acheteuse dans la mode et directrice de la boutique A Rebours, la parisienne Pauline Vincent dévoile son nouveau projet, La Romaine Editions : un site de vente en ligne d’art de vivre où elle fédère artistes et artisans.

Rencontre.

« Regarde ce chandelier, tu le poses sur une table, il capte toute l’attention. C’est comme si, par sa seule présence, il modifiait l’énergie en place » déclare Pauline Vincent à propos d’un chandelier en verre soufflé réalisé à la main par l’artiste hollandais Boris de Beijer.

Il s’agit d’une pièce en édition limitée que la jeune femme propose sur son tout nouveau site de vente en ligne La Romaine Editions. C’est vrai qu’il y a un truc un peu magique dans cet objet, quelque chose entre l’œuvre d’art et la pièce d’artisanat qui fait qu’à bien l’observer on peut sentir monter en soi un désir de possession. Et Pauline Vincent est forte pour susciter cette émotion.

La trentenaire, toute jeune maman, a longtemps œuvré au sein des Galeries Lafayette, d’abord comme acheteuse au rayon mode, puis comme directrice de la boutique A Rebours, attenante à la fondation d’art contemporain Lafayette Anticipation, dans le Marais. Vendre, ça la connait.

Mais justement, en quittant ce temple de la consommation et ce projet professionnel à grande échelle, elle a eu envie d’être un peu plus en phase avec ses valeurs. « Je me suis demandée ce qui était important pour moi, et j’ai réalisé que ce que j’aimais par-dessus tout c’était la poésie du quotidien, une recherche de beauté à la fois pure et simple »

relate Pauline Vincent.

Fille d’une ex-conservatrice du Musée d’Orsay, la jeune femme a reçu le (bon) goût en héritage. Perfusée à l’art et à la culture depuis son plus jeune âge, elle a un sens inné pour ce qui attire l’œil et suscite des montées d’envie.

Il suffit d’observer ses looks pour s’en rendre compte. Elle a une connaissance sure de la mode, avec toujours la bonne petite pièce ou le petit détail bien vu qui va faire la différence. Elle fait partie de ce genre de filles dont on envie le style et la vie, avec le bon carnet d’adresses, mais sans que jamais l’envie ne soit nourrie d’émotions négatives.

Car ce qu’il y a de formidable avec Pauline, c’est sa fraicheur et sa capacité quasi enfantine à se réjouir et à nous embarquer avec elle dans sa nouvelle aventure.

Alors aujourd’hui, terminée la mode. C’est vers l’art de vivre qu’elle se tourne avec La Romaine Editions, un site de vente en ligne sur lequel elle propose sa sélection d’objets design et décoratif.

« Je ne crois plus au gros concept-store mode. Il n’y a que les gros noms comme Matchesfashion ou Le Bon Marché qui peuvent continuer dans ce système » confie l’experte. Pourquoi La Romaine ? « Pour faire un lien avec ma maison de famille dans le sud à Vaison-La-Romaine ». Simplement.

Quant à la décoration, il s’agit d’une sorte de continuité avec l’histoire familiale, une forme de transmission : « Ma tante et ma grand-mère avaient une boutique de décoration où j’étais fourrée tout le temps. D’ailleurs ma tante est venue travailler avec moi, ma mère aussi me soutient dans cette aventure ». Un business familial qui permet à la jeune femme de pleinement se concentrer sur la sélection de produits.

C’est là que le talent de Pauline fait mouche, immédiatement.

Positionnée comme un « drop », à la manière des enseignes de street-wear comme Supreme, la sélection de La Romaine Editions se renouvelle tous les quatre mois, selon un thème bien défini. Le premier est autour de la fleur, le prochain fin septembre sera la couleur rouge. Ce premier drop donc offre une gamme de produits de 20 € à 5000 €, allant de l’art de la table à l’objet décoratif, en passant par le linge de maison et quelques œuvres d’art.

On découvre les assiettes faites à la main à Paris et les chandeliers marguerites de la céramiste Samantha Kerdine, la faïence aux accents naïfs de la marque portugaise Bordallo Pinheiro, les verres soufflés par les artisans de Biot en Provence, deux lithographies du peintre, originaire de Valence, Pierre Boncompain, deux lampes fleurs de la griffe LRNCE… l’ensemble est ravissant, frais, parfaitement dans l’ère du temps, donne des envies de vacances et d’ailleurs. Et le tout sans qu’on y laisse sa chemise : 600 € pour une lithographie de Pierre Boncompain ou encore 25 € pour un verre soufflé artisanalement à la main. La Romaine Editions est bien partie pour devenir notre nouvelle adresse déco préférée. Et avec Pauline Vincent en curatrice chic, on y va les yeux (quasi) fermés.

https://laromaine-editions.com

par Caroline Hamelle