En direct de madrid

En direct de madrid

Air Du Temps la petite espagnole incontournable de l’été 2021

Air Du Temps est la combinaison de plusieurs mondes. Cette jeune marque sévillane, née en pleine pandémie, combine la passion pour la culture française de sa créatrice Ariadna Ariza García avec un style japonais et coréen et une esthétique andalouse.

Un projet audacieux et atypique qui se traduit par une signature de bijoux et de sacs faits à la main. Nous avons rencontré Ariadna Ariza, créatrice de l’entreprise, et avec elle, nous avons échangé  sur son inspiration, la mode espagnole et les débuts de sa marque qui est née grâce à Instagram.

Comment est né Air Du Temps ?

Air du temps est né en plein milieu de la pandémie. J’avais pensé à créer ce projet depuis longtemps et c’est à ce moment-là, que le déclic est venu.

L’objectif était très clair : créer des collections faites à la main et dotées d’une personnalité avec pour moteur la durabilité et un joli design.

Pouvez-vous m'en dire un peu plus sur le projet ?

J’ai commencé par lancer des pièces uniques pour analyser le marché et lorsque j’ai été sûre de moi et du marché, j’ai lancé ma première collection. Outre la façon artisanale de créer les pièces et le design, j’accorde beaucoup d’importance à la mise en place des collections.

Pour moi, il est essentiel que le client soit immergé, à travers nos pièces, dans l’histoire que nous voulons transmettre, et là, la photographie et les réseaux sociaux jouent un rôle clé.

Air Du Temps la petite espagnole incontournable de l’été 2021

Air Du Temps est la combinaison de plusieurs mondes. Cette jeune marque sévillane, née en pleine pandémie, combine la passion pour la culture française de sa créatrice Ariadna Ariza García avec un style japonais et coréen et une esthétique andalouse.

Un projet audacieux et atypique qui se traduit par une signature de bijoux et de sacs à main spéciaux faits à la main. Nous avons rencontré  Ariadna Ariza, créatrice de l’entreprise, et avec elle, nous avons échangé  sur son inspiration, la mode espagnole et les débuts de sa marque quiest née grâce à Instagram.

Comment est né Air Du Temps ?

Air du temps est né en plein milieu de la pandémie. J’avais pensé à créer ce projet depuis longtemps et c’est à ce moment-là, que le déclic est venu.

L’objectif était très clair : créer des collections faites à la main et dotées d’une personnalité ; que la durabilité et le design en étaient les piliers.

Pouvez-vous m'en dire un peu plus sur le projet ?

J’ai commencé par lancer des pièces uniques pour analyser le marché et lorsque j’ai eu une meilleure idée, j’ai lancé ma première collection. Outre la façon artisanale de créer les pièces et le design, j’accorde beaucoup d’importance aux prises de vue des collections.

Pour moi, il est essentiel que le client soit immergé, à travers nos pièces, dans l’histoire que nous voulons transmettre, et là, la photographie et les réseaux sociaux jouent un rôle clé.

Quel est l’ADN du nom de la marque ?

Être dans l’air du temps est, pour moi, l’une des plus belles phrases françaises. J’ai toujours été liée à la France, que ce soit par mes études universitaires ou par mes séjours en France. J’adore ce pays ! La première fois que j’ai entendu cette phrase, je l’ai adorée. Il me semble qu’elle transmet le message de la marque que je souhaite et qu’elle me reflète même personnellement.

Comment résumeriez-vous la philosophie d'Air Du Temps ?

Comme je l’ai dit précédemment, la durabilité et le design sont les principaux piliers qui ont motivé Air du Temps. J’ai toujours apprécié la façon dont les produits sont fabriqués ; les petites entreprises qui traitent chaque produit comme un enfant.

C’est pourquoi il était fondamental pour moi de transmettre cet amour et cette attention avec Air du Temps. J’insiste également sur la constance et la motivation. Lorsque vous combinez un projet avec un autre emploi, vous devez avoir des idées très claires et ordonnées pour ne pas vous effondrer. Mais la chose la plus importante à ne pas perdre dans un projet comme celui-ci est l’enthousiasme – pour moi, Air du temps est un rêve devenu réalité !

En ce qui concerne le processus de création, comment se déroule-t-il et quelle est votre plus grande source d'inspiration ?

Mon processus créatif change en fonction du moment. Il y a des moments où, à travers une pièce, je dessine toute la collection et d’autres où, en m’inspirant d’autres cultures, de techniques, de défilés de mode du siècle dernier, des choses me viennent à l’esprit et je les écris jusqu’à ce que j’arrive à une idée finale. Les styles japonais, coréen et français sont mes plus grandes inspirations.

Quelle est votre pièce préférée d'Air Du Temps ?

En ce moment, ce sont les sacs que nous avons sortis il y a un mois et demi, AIR DU TEMPS x BAKUZA. Pour moi, c’est LE SAC DE L’ÉTÉ en lettres capitales !

Arantxa, cofondatrice de Bakuza, et moi avons travaillé très dur sur cette collaboration. C’était un pari très fort mais le travail a payé. Nous sommes très heureux du résultat, des dessins, de la famille d’artisans qui a fait de ce projet une réalité à Oaxaca et des bonnes réactions qu’ils reçoivent. Une belle expérience.

En ce qui concerne le processus de création, comment se déroule-t-il et quelle est votre plus grande source d'inspiration ?

Mon processus créatif change en fonction du moment. Il y a des moments où, à travers une pièce, je dessine toute la collection et d’autres où, en m’inspirant d’autres cultures, de techniques, de défilés de mode du siècle dernier, des choses me viennent à l’esprit et je les écris jusqu’à ce que j’arrive à une idée finale. Les styles japonais, coréen et français sont mes plus grandes inspirations.

Quelle est votre pièce préférée d'Air Du Temps ?

En ce moment, ce sont les sacs que nous avons sortis il y a un mois et demi, AIR DU TEMPS x BAKUZA. Pour moi, c’est LE SAC DE L’ÉTÉ en lettres capitales !

Arantxa, cofondatrice de Bakuza, et moi avons travaillé très dur sur cette collaboration. C’était un pari très fort mais le travail a payé. Nous sommes très heureux du résultat, des dessins, de la famille d’artisans qui a fait de ce projet une réalité à Oaxaca et des bonnes réactions qu’ils reçoivent. Une belle expérience.

Comment définiriez-vous le style espagnol ?

Élégant. Je pense que les femmes et les hommes espagnols aiment beaucoup s’habiller. Nous aimons être beaux et cela se voit dans notre culture, il suffit de regarder les festivités dans ma ville (Séville) !

Selon vous, quelle est la spécificité de la mode made in Spain ? Y a-t-il des avantages et des inconvénients ?

Comme avantages, je dirais la qualité en premier lieu et la diversité des techniques artisanales que l’on peut trouver dans chaque communauté. Il est vrai que malheureusement la mode “Made in Spain” au niveau européen n’est pas aussi valorisée que la mode “Made in Italy” ou “Made in France”, par exemple. En Espagne, il existe encore une conception de la mode comme quelque chose de purement créatif et parfois même de superficiel.

Nous ne sommes pas vraiment conscients du potentiel qui se cache derrière cette industrie et  si nous avions davantage de soutien gouvernemental, nous pourrions parfaitement devenir l’un des principaux pays en matière de mode, comme le sont nos pays voisins.

Par Mayte Salido, notre correspondante à Madrid
Comment définiriez-vous le style espagnol ?

Élégant. Je pense que les femmes et les hommes espagnols aiment beaucoup s’habiller. Nous aimons être beaux et cela se voit dans notre culture, il suffit de regarder les festivités dans ma ville (Séville) !

Selon vous, quelle est la spécificité de la mode made in Spain ? Y a-t-il des avantages et des inconvénients ?

Comme avantages, je dirais la qualité en premier lieu et la diversité des techniques artisanales que l’on peut trouver dans chaque communauté. Il est vrai que malheureusement la mode “Made in Spain” au niveau européen n’est pas aussi valorisée que la mode “Made in Italy” ou “Made in France”, par exemple. En Espagne, il existe encore une conception de la mode comme quelque chose de purement créatif et parfois même de superficiel.

Nous ne sommes pas vraiment conscients de ce qui se cache derrière cette industrie et du fait que si nous avions davantage de soutien gouvernemental, nous pourrions parfaitement devenir l’un des principaux pays en matière de mode, comme le sont nos pays voisins.

Par Mayte Salido