décryptage mode

Décryptage Mode

Le maillot de bain

Revoilà l’été et avec lui la saison du maillot de bain ! Celui avec qui on entretient en général une relation très particulière de Love/Hate. Celui qui symbolise à nos yeux, l’été, le soleil sur la peau et les baignades, mais celui qui nous met aussi face à nous même et à notre rapport au corps.

A la fois dernier rempart de notre pudeur et objet de mode et de convoitise, il est celui sans lequel un été ne serait pas imaginable et surtout celui qui, assurément, sera notre crush estival !

Mais quel est sa petite histoire ?!

Les premiers maillots de bain apparaissent dans les années 30. Avant cette date, on ne parlait encore que de costume de bain.

C’est la nageuse franco-australienne Anne Kellermann qui ose le maillot de bain pour la première fois aux JO de 1912. Mais c’est dans les années 20 et 30 que l’engouement pour les nouveaux sports aquatiques favorisera l’apparition d’une nouvelle forme de tenue de bain.

Adieu robes longues, pantalons bouffants et autres tuniques, le maillot de bain une pièce fait son apparition pour l’homme et la femme.

C’est aussi à cette époque qu’il commence à être bon d’arborer un léger hâle, signe d’une vie saine au grand air. Les bains de soleil deviennent alors aussi en vue que les bains de mer et le maillot de bain commence à dévoiler la peau.

Mais quel est sa petite histoire ?!

Les premiers maillots de bain apparaissent dans les années 30. Avant cette date, on ne parlait encore que de costume de bain.

C’est la nageuse franco-australienne Anne Kellermann qui ose le maillot de bain pour la première fois aux JO de 1912. Mais c’est dans les années 20 et 30 que l’engouement pour les nouveaux sports aquatiques favorisera l’apparition d’une nouvelle forme de tenue de bain.

Adieu robes longues, pantalons bouffants et autres tuniques, le maillot de bain une pièce fait son apparition pour l’homme et la femme.

C’est aussi à cette époque qu’il commence à être bon d’arborer un léger hâle, signe d’une vie saine au grand air. Les bains de soleil deviennent alors aussi en vue que les bains de mer et le maillot de bain commence à dévoiler la peau.

Premiers soleils

Elsa Schiaparelli et Jean Patou sont les premiers à s’intéresser à ce nouveau mode de vie et commencent à dessiner des maillots de bain. De son côté, l’américain Jantzen met au point une nouvelle matière plus élastique qui épouse mieux le corps et assure une meilleure longévité au maillot.

La plage devenant le nouvel endroit mondain, le maillot s’accompagne alors d’une ribambelle d’accessoires chics. Peignoirs, bonnets, foulards et autres ombrelles font leur apparition dans la garde-robe balnéaire.

Les crèmes solaires aussi font leur apparition et petit à petit les corps se dénudent pour mieux s’offrir au soleil. A la fin des années 30, on peut même déjà voir des femmes bronzer torse nu mais à plat ventre uniquement !

L’avènement des lieux de villégiatures balnéaires comme la Côte d’Azur et la Côte Atlantique favorisent les sports nautiques et la farniente au soleil en maillot de bain chic. Et dès 1932, le français Jacques Hein imagine un premier deux pièces composé d’un haut et d’une culotte montante, prémisse du futur bikini qui apparaitra en 1946.

Le Bikini

C’est inspiré par l’atoll de Bikini dans le Pacifique, où à lieu le premier essai nucléaire américain en 1946, que Louis Réart imagine le premier fameux bikini, un deux pièces mini-mini plus qu’audacieux pour l’époque. Composé de deux triangles et d’une petite culotte qui dénude le nombril, les fesses et les hanches, ce premier bikini est si révolutionnaire que les mannequins refusent de le porter et Louis Réart le photographie alors sur une danseuse nue du Casino de Paris. Le modèle est breveté, le nom déposé et le scandale est lancé !

L’italie, l’Espagne, ainsi que le maire de Biarritz l’interdisent sur leurs plages et Hollywood le bannit.

Cependant, dès les années 50, les stars commencent à l’adopter et nombre de starlettes posent en bikini pour attirer l’oeil des photographes sur la plage lors du Festival de Cannes.

L’ère des pin-up est née et le bikini va faire partie intégrante de leur image. En vichy, imprimés fleuris ou peau de bête, il va désormais attirer tous les regards et des stars comme Rita Hayworth, Marylin Monroe ou Brigitte Bardot lui doivent leur statut de sex symbol.

Le bikini devient alors un nom commun et fait son entrée dans le dictionnaire.

Mais les années 50, c’est aussi Christian Dior et son newlook qui prone une taille gainée.  Poitrine voluptueuse, taille fine et hanches épanouies sont la nouvelle norme. Le maillot 1 pièce devient donc lui l’incarnation du chic et se dote d’une gaine invisible destinée à parfaire la silhouette là où le bikini ne pardonne rien.

Le Bikini

C’est inspiré par l’atoll de Bikini dans le Pacifique, où à lieu le premier essai nucléaire américain en 1946, que Louis Réart imagine le premier fameux bikini, un deux pièces mini-mini plus qu’audacieux pour l’époque. Composé de deux triangles et d’une petite culotte qui dénude le nombril, les fesses et les hanches, ce premier bikini est si révolutionnaire que les mannequins refusent de le porter et Louis Réart le photographie alors sur une danseuse nue du Casino de Paris. Le modèle est breveté, le nom déposé et le scandale est lancé !

L’italie, l’Espagne, ainsi que le maire de Biarritz l’interdisent sur leurs plages et Hollywood le bannit.

Cependant, dès les années 50, les stars commencent à l’adopter et nombre de starlettes posent en bikini pour attirer l’oeil des photographes sur la plage lors du Festival de Cannes.

L’ère des pin-up est née et le bikini va faire partie intégrante de leur image. En vichy, imprimés fleuris ou peau de bête, il va désormais attirer tous les regards et des stars comme Rita Hayworth, Marylin Monroe ou Brigitte Bardot lui doivent leur statut de sex symbol.

Le bikini devient alors un nom commun et fait son entrée dans le dictionnaire.

Mais les années 50, c’est aussi Christian Dior et son newlook qui prone une taille gainée.  Poitrine voluptueuse, taille fine et hanches épanouies sont la nouvelle norme. Le maillot 1 pièce devient donc lui l’incarnation du chic et se dote d’une gaine invisible destinée à parfaire la silhouette là où le bikini ne pardonne rien.

Nue au soleil

Dans les années 60 puis 70, le bronzage devient roi et les maillots de bain fondent comme neige au soleil. Twiggy et sa silhouette sportive et androgyne vont détrôner les pin-ups et dans ses chansons, Brigitte Bardot chante l’avènement du naturisme. Bronzer devient le but ultime et les corps vont peu à peu se dénuder. En 1964 l’américain Rudy Gernreich imagine le premier monokini, laissant la poitrine nue. En Mai 1968, c’est la lutte pour l’égalité des sexes qui prône le torse nu, privilège alors réservé aux hommes depuis les années 40. Un vent de liberté souffle alors comme jamais à la plage avec l’abandon du soutien-gorge.

Le fitness et le culte du corps vont régir les années 80. Le bikini se réduit encore et s’échancre sur les hanches pour dévoiler encore plus les corps bronzés et musclés. Le string fait son apparition, les couleurs fluos aussi !

Le 1 pièce, plus suggestif, fait lui son come-back et s’apparente de nouveau à un costume de bain en se parant de finitions à la mode. Fronces, volants, strass l’ornent pour en faire la pièce fashion de la plage.

Un retour du glamour s’opère dans les années 90 avec la mode des super modèles aux formes généreuses. Le maillot de bain se sophistique à nouveau et le balconnet devient incontournable afin de mettre la poitrine en valeur.

Nue au soleil

Dans les années 60 puis 70, le bronzage devient roi et les maillots de bain fondent comme neige au soleil. Twiggy et sa silhouette sportive et androgyne vont détrôner les pin-ups et dans ses chansons, Brigitte Bardot chante l’avènement du naturisme. Bronzer devient le but ultime et les corps vont peu à peu se dénuder. En 1964 l’américain Rudy Gernreich imagine le premier monokini, laissant la poitrine nue. En Mai 1968, c’est la lutte pour l’égalité des sexes qui prône le torse nu, privilège alors réservé aux hommes depuis les années 40. Un vent de liberté souffle alors comme jamais à la plage avec l’abandon du soutien-gorge.

Le fitness et le culte du corps vont régir les années 80. Le bikini se réduit encore et s’échancre sur les hanches pour dévoiler encore plus les corps bronzés et musclés. Le string fait son apparition, les couleurs fluos aussi !

Le 1 pièce, plus suggestif, fait lui son come-back et s’apparente de nouveau à un costume de bain en se parant de finitions à la mode. Fronces, volants, strass l’ornent pour en faire la pièce fashion de la plage.

Un retour du glamour s’opère dans les années 90 avec la mode des super modèles aux formes généreuses. Le maillot de bain se sophistique à nouveau et le balconnet devient incontournable afin de mettre la poitrine en valeur.

Du matin au soir

Aujourd’hui qu’en est-il ? Peut-on dire que toutes les tendances cohabitent désormais et que l’on adopte le maillot de son choix selon son humeur du moment ?

Les années 70 sont toujours au goût du jour avec la tendance des maillots de bain en crochet, le lamé chic, le fluo et les culottes échancrées des années 80 sont toujours là et s’il est une tendance qui se dégage, c’est celle que désormais votre maillot fait partie intégrante de votre garde-robe et devient même prêt-à-porter en jouant les body en dehors de la plage.

Et si c’était cela la véritable vocation de notre maillot de bain aujourd’hui ? Nous donner la sensation d‘être en vacances où que l’on soit, juste en enfilant notre maillot en lycra préféré pour déambuler du matin au soir, de la plage au dance-floor ?!

La marque à suivre Re.Sea

Rencontre avec Tamara Taichman sa créatrice

1. Parlez-nous de Re.sea ?

Re.Sea c’est avant tout une marque aux lignes épurées. 
J’ai imaginé mes maillots de bain comme j’ai imaginé la rénovation de ma maison. Les couleurs qui rappellent les matières brutes et les coupes aux allures architecturales sont les prémices de ma réflexion.
Mon goût pour le lifestyle et le design a permis d’enrichir les modèles et la gamme de couleurs de ma première collection.

Rencontre avec Tamara Taichman sa créatrice

1. Parlez-nous de Re.sea ?

Re.Sea c’est avant tout une marque aux lignes épurées. 
J’ai imaginé mes maillots de bain comme j’ai imaginé la rénovation de ma maison. Les couleurs qui rappellent les matières brutes et les coupes aux allures architecturales sont les prémices de ma réflexion.
Mon goût pour le lifestyle et le design a permis d’enrichir les modèles et la gamme de couleurs de ma première collection.

2. Quel a été le déclic ?

Mes voyages au Portugal, l’achat de ma maison, la Casa Henriette.  Vivre en maillot tous les jours… Une bonne partie de l’année…
Une continuité dans ce beau projet.

3. Quel est l’ADN de Re.Sea ?

Le classique, l’intemporel, ce qui ne se démode pas.

4. Vos inspirations ?

L’architecture, le design, le vintage, et bien sûr les femmes…

5. Qu’est-ce qu’un maillot élégant selon vous ?

Un maillot élégant c’est un maillot aux lignes épurées, sans fioritures, qui s’adapte parfaitement à toutes les morphologies à toutes les femmes. C’est une seconde peau et c’est celui qu’on ne quittera pas cet été.

Less is more…

https://www.resea-swimwear.com